• Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers - Photos

    Le printemps : des promesses à foison qui commencent dans la discrétion

     

    Le saule marsault ou salix caprea est un arbre pionnier. Il s'installe sur les terres incultes. La chute de ses feuilles, pendant la soixantaine d'années de sa présence, va nourrir le sol et préparer l'accueil d'arbres plus pérennes ayant besoin d'un sol plus fertile. Le saule des chèvres, de proportions modestes (une dizaine de mètres), présente une croissance très rapide. Ses chatons s'ouvrant tôt offrent une nourriture appréciée des abeilles et des butineurs. Il fournit nectar et pollen de qualité en quantité.

    Cette tige porte des chatons mâles qui en s'ouvrant vont devenir jaunes. Cet arbre est jeune. Il a 4 ans. C'est la première année qu'il porte des chatons.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    L'amélanchier Lamarckii est un arbuste pouvant atteindre 7 m de haut. Il offre des grappes de petites fleurs étoilées blanches au printemps, des fruits gros comme de petites cerises au goût de raisin en été. Les oiseaux sont parfois plus rapides que nous pour s'en régaler, nous laissant le souvenir d'un plaisir esquissé. En automne, il se pare de magnifique couleurs rouges. C'est un hôte plein de qualités.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Le cognassier du japon ou chaenomeles se prépare à fleurir depuis le mois de janvier. Il a freiné son élan à chaque nouveau coup de froid. Bien lui en a pris. Ces fleurs s'ouvriront sans doute lorsque la température sera devenue durablement clémente. C'est un arbuste résistant, peu exigeant. Ses fruits peuvent être consommés cuits pour faire de la gelée, en association avec pomme et poire. J'aime beaucoup le rose soutenue caractéristique que l'on ne trouve que chez les cognassiers du japon.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Ces tiges sont celles d'un framboisier. Provenant des sous-bois de régions montagneuses, le framboisier a besoin d'un sol humifère et paillé. Il s'adapte aussi sur sol sableux si on le nourrit d'une bonne quantité de compost recouverte de feuilles mortes. Il s'adapte mal aux sols argileux compacts. S'il accepte la mi-ombre, ses fruits sont plus sucrés et goûteux au soleil. Le framboisier est généreux : il fait beaucoup de rejets. A garder , replanter ou supprimer selon les besoins.

     

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Très tôt, de janvier à mars, apparaissent les longs chatons du Noisetier ou Corylus avellana. Cet arbuste, de forme buissonnante, est composé de plusieurs tiges qui s'élèvent en oblique. En automne apparaissent les noisettes. Il peut mesurer de 2 à 20m de hauteur.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Voici l'églantier ou rosa canina, le rosier le plus commun, avec ses longues tiges souples gracieuses. Il donne de jolies fleurs roses au printemps et des fruits rouges en automne qui feront le régal des oiseaux. Il pousse tout seul sans rien demander à personne et accueille la petites faune locale.

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Ici nous avons probablement des variétés différentes de prunus

    Si vous savez identifiez ces arbres, faites-moi part de leur nom.

     

    Celui-ci commence à peine à fleurir

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Celui-là resplendit

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Celui-ci est à fleurs roses

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Et voici un cornouiller mâle ou cornus mas qui fleurit très tôt, parfois dès février, représentant une ressource de choix pour les butineurs. Il préfère les terrains calcaires. Mesurant jusqu'à 12m de haut, ce petit arbre produit des petites baies rouges comestibles lorsqu'elles sont très mûres.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

     

    C'était lundi

     

    Le printemps montre le bout du nez, met les arbres en fleur,

    puis se retire sur la pointe des pieds

    et Laisse la place à l'hiver.

    C'est la période A l'Ouest par le travers.

     

    Ci-dessous, c'est mardi

    Carte postale. Lieu : Printemps. Période : A l'Ouest, par le travers.

    « Un temps de grenouille-fleurLa jeune fille aux oiseaux - Peinture murale - Montréal »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Mars 2016 à 17:05

    bonjour j'ai regardé vos peintures !  mais moi je n'y connais rien ...  alors je suis venu voir vos photos et les fleurs et arbres et +++ j'aime 

    bonne fin de semaine A+

      • Jeudi 10 Mars 2016 à 22:16

        Bonjour Bébert, Ne t'inquiète pas, la peinture ne demande pas de connaissances. Elle parle ou ne parle pas. En la regardant, tu te sens vibrer ou empli de beauté ou de plaisir ou tu sens la force ou la violence de l’œuvre, selon. Ou rien.  Comme pour une photo. Il y en a qui te plaisent tout de suite. Tu ne sais pas forcément dire pourquoi. C'est pas grave. Ce n'est pas la tête qui décide. D'autres te laissent indifférent. C'est comme ça.

        Moi, la nature me parle, m'emplit, me touche. Je peux rester longtemps absorbée à regarder une fleur et l'herbe qui l'entoure, à détailler les feuilles et la forme de la tige...

        Alors je prends la nature en photo. J'essaie de garder ce qui m'a donné tant de plaisir et qui me nourrit.

    2
    Vendredi 11 Mars 2016 à 09:37

    hé oui, tous les jours des témoignages de la dérive climatique, nous sommes des autruches !!!
    ps j'aime beaucoup la photo avec le calvaire , chaque région a son style

    3
    Vendredi 11 Mars 2016 à 12:24

    C'est effectivement étonnant la surdité général. Autour de moi, chacun se réjouit de la douceur du temps... Sans lien avec toute l'information qui a pourtant été largement diffusée largement au moment de la COP 21.

    Un (mauvais) réflexe contre la peur comme dans toutes les périodes de grande crise : le déni ?

    4
    Jeudi 24 Mars 2016 à 18:36

    Et bien moi, malheureusement , mon cognassier du japon n'a pas attendu le printemps pour fleurir, il était magnifique cet hiver, sauf que maintenant, il est déjà fatigué et ne fait que quelques fleurs . cet hiver trop doux n'est pas bon pour la planète, les plantes et nous. j'espère que nous connaîtrons encore des hivers rudes comme avant ! 

    Jolies photos bien commentées sinon ! 

      • Jeudi 24 Mars 2016 à 20:44

        Nous en sommes à la sixième grande extinction des espèces après celle de l'époque des dinosaures. Sans doute causée par un nuage opaque résultat de la chute d'une météorite et de gigantesques éruptions volcaniques à l'origine d'émanations toxiques. Ces deux phénomènes ont fortement modifié le climat terrestre et causé la disparition de la plupart des espèces. Mais la vie n'a pas été dé&truite.

        Aujourd'hui, c'est l'Homme qui est responsable de la disparition des espèces et de la modification du climat.

        Quelle que soit la modification des conditions de la vie sur terre, il y aura une disparition importante des êtres vivants (déjà en cours), mais les conditions de l'existence de la vie ne disparaitront pas.

        Les êtres vivants muteront, comme les oiseaux ont été les héritiers des dinosaures. L'être humain disparaitra probablement sous sa forme actuelle s'il persiste dans son action sur le climat.

        Mais à notre échelle, nous ne sommes pas capables de comprendre si cela a un sens. Est-ce que le phénomène en cours participe à un processus d'évolution qui nous dépasse ?

        Cette réflexion ne m'empêche pas d'être fascinée par toutes les formes de vie que je croise et de faire ce qui est en mon pouvoir pour favoriser le maintien des espèces vivantes à l'échelon de mon jardin.

      • Jeudi 24 Mars 2016 à 22:58

        On en revient toujours à la fable du colibri, une petite goutte fait les grands fleuves. Même si on a l'impression de ne pouvoir rien faire le peu que l'on fait c'est déjà un pas ! 

    5
    Jeudi 24 Mars 2016 à 23:17

    Cet après-midi, je mettais du compost au pied de mes arbustes. J'ai soulevé l'herbe sèche que j'avais mise en paillage à l'amélanchier. Je tombe sur un bébé orvet d'une belle couleur rose saumon argentée. J'ai vite recouvert, espérant ne pas l'avoir dérangé.
    Voir les bébés orvets souvent cachés dans le compost ou le foin laissé en tas le long de la clôture me remplit de joie.

      • Samedi 26 Mars 2016 à 15:45

        Oh la chance ! j'adore les orvets ! c'est beau, c'est lisse et doux, je ne peux pas m'empêcher de les toucher ! ;) mais, je n'ai jamais vu de bébé ! 

    6
    Dimanche 27 Mars 2016 à 20:39

    Alors que je participais au ramassage annuel des déchets organisé par la mairie de mon village, je cheminais sur un chemin de campagne qui borde le village.  J'avise un grand sac de plastique noir sous une haie. Je le soulève et découvre en dessous un nid pleins d'orvets. J'ai vite remis le sac en place, penaude d'avoir dérangé tout ce monde. Et étonnée de voir comment les animaux peuvent s'approprier nos déchets.

    7
    Samedi 9 Avril 2016 à 19:12

    Magnifique promenade ,merci pour ces instants agréables et colorés,bonne continuation.

     

     

      • Samedi 9 Avril 2016 à 22:20

        Merci Ombrella pour ton enthousiasme. Cela fait chaud au coeur.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :