• Lettres à l'enfant - Peinture contemporaine

    "Lettre à l'Enfant" s'est enfanté au fur-et-à-mesure de son élaboration comme un fœtus dans le ventre de sa mère. L’œuvre symbolise l'union de l'humain à la nature.

    La relation des Amérindiens à la nature m'impressionne depuis longtemps. Leur incompréhension de la notion de propriété de la terre ou d'un animal ou encore d'un coin de ruisseau me parle profondément. Leur respect pour la vie sous toutes ses formes, leurs rituels de remerciements aux plantes qu'il cueillent pour leur repas ou aux animaux qu'ils chassent. Leur stupéfaction que l'on puisse prélever dans la nature plus que pour ses besoins de survie me parait profondément juste.

    Dans cette peinture, l'humain fait partie de la nature. La nature l'entoure et le fonde.  Elle le nourrit physiquement, affectivement, spirituellement.

    Chaque être vivant peut lire dans la nature des enseignements de vie selon son ouverture et son attention mais peut aussi enseigner la quintessence de ses expériences et devenir livre ouvert.

    Chacun peut contribuer à la beauté du monde par le regard qu'il y porte et les intentions qu'il lui donne, par le partage qu'il en fait.

     

    J'ai invité le public à participer à la rédaction de deux lettres collectives qui complètent la peinture :

    - L'une contenant les vœux de naissance pour l'enfant

    - L'autre contenant les rêves de planète merveilleuse

     Les lettres sont roulées autour d'un morceau de branche et maintenues à la toile par un ruban doré.

     

    Les traditions spirituelles hawaïenne et toltèque et la profonde joie que me procure la nature ont également inspiré cette œuvre.

     

     Voici l’œuvre peinte achevée telle qu'elle a été présentée aux Relais pour la Vie.

     

    Lettres à l'enfant

    1,20m x 1,80m

    Toile enduite de gesso, peinte à l'acrylique et à l'huile, au pinceau - technique du glacis - et au couteau

     

    J'y ai associé un conte écrit sur un cœur. Il se range dans une pochette. Il était à disposition du public avant qu'il écrive sa lettre.

     

    Cliquez sur le cœur pour lire le conte

    Lettres à l'enfant

     

    Le cœur et sa pochette

    Lettres à l'enfant

    « Banc de soleil - PhotoDes cailloux à l'envol - Sagesse hawaïenne »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Juin 2016 à 20:00

    Ce que tu dis me fait penser au roman Harold et Maude, cette femme a choisi aussi de ne pas accorder d'importance à la notion de propriété, qu'elle trouve ridicule en raison de l'existence de la mort... Je ne sais pas si tu connais. Douce soirée smile

      • Mercredi 15 Juin 2016 à 15:37

        Je n'ai pas lu ce roman.

        Ce n'est pas la mort qui guide mon incompréhension de la propriété. C'est la vie. Je ne comprends pas qu'on puisse s'approprier un être vivant, qu'on puisse s'attribuer un coin de terre en l'interdisant aux autres êtres vivants, que ce soient les limaces, les passereaux ou les réfugiés politiques ou économiques.

        Quel mérite a-t-on à être né dans un pays tempéré, avec des lois sociales, un niveau de vie minimum ? Comment peut-on dire qu'on y a plus droit que les autres.

        Il m'est arrivé d'accueillir de jeunes africains mineurs qui cherchaient à se réfugier en France, chacun ayant derrière lui une histoire dramatique. J'ai rencontré une avocate spécialisée dans le droit des mineurs étrangers. J'ai été profondément choquée de l'entendre me répondre : "Ils ne peuvent pas prétendre avoir les mêmes droits que nos enfants."  Je lui avais fait part de la tension  relations qu'il y avait entre le foyer de jeunes délinquants où l'aide sociale à l'enfance leur avaient trouvé une place et moi. Les éducateurs acceptaient mal que mon compagnon et moi mettions notre attention et nos compétences à disposition de ces jeunes pour faciliter leur intégration alors qu'eux-mêmes étaient débordés. Ils se sont investis dans une relation de concurrence (s'appropriant ces jeunes et leur avenir) au lieu de s'appuyer sur nos complémentarités.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :